"Nouveau millénaire, Défis libertaires"
Licence
"GNU / FDL"
attribution
pas de modification
pas d'usage commercial
Copyleft 2001 /2014

Moteur de recherche
interne avec Google
Quand l'Afrique viendra nous civiliser
entretien avec Serge latouche

Origine : http://www.lalignedhorizon.org/html/textes/sl/entretiencharliehebdo2000.htm

Paru dans Charlie hebdo-mercredi 21 juin 2000

"L'économie africaine n'est pas fondée sur une logique marchande mais sur le lien social"

Serge Latouche est professeur d'économie. Spécialiste de l'Afrique, il tente de comprendre comment un continent qui aurait dû être détruit par la guerre économique mondiale parvient malgré tout à s'en sortir. Dans son dernier livre1, il raconte une Afrique sans coups d'état, sans guerre civile, où les gens réinventent en permanence l'économie sociale. Une Afrique qui pourrait nous apprendre à nous en sortir, nous aussi, quand le marché nous aura explosé au nez.

Charlie Hebdo: Les Africains seraient-ils plus heureux qu'on ne le croit?

Serge Latouche: Si l'on se fie aux rapports de la Banque mondiale, c'est fluctuant : une année l'Afrique est au fond de la misère, l'année suivante ça décolle, après ça retombe dans la misère... C'est normal, la Banque mondiale essaye d'avoir une vision vaguement optimiste, ne serait-ce que pour montrer que ses plans d'ajustement structurels donnent des résultats. Mais, de temps en temps, il lui faut quand même se réajuster sur la réalité. Et la réalité est catastrophique, puisque les indices économiques de l'Afrique sont dérisoires. Aujourd'hui, elle représente un peu plus de 1% du PNB mondial, Afrique du Sud comprise. Autrement dit, rien. Alors, comment peut-on vivre avec rien ? C'est un paradoxe, pour un économiste.

Donc, il y a un truc ?

Oui. l'Afrique vit hors économie, essentiellement par la débrouille. Et cette débrouille fonctionne en grande partie sur une logique non marchande, du don, de la réciprocité. J'ai tenté, sur une banlieue de Dakar, de mesurer les résultats de ce système en faisant une évaluation économique « à l'occidentale » : ça multiplie le niveau de vie de trois à cinq fois. Comme on part de très bas, ce n'est pas la prospérité, mais ça explique pourquoi on voit des gens qui font la fête, des enfants souriants. Et qui ne sont pas tous faméliques...

Mais les famines, les guerres civiles, c'est une réalité.

C'est vrai, mais l'Afrique n'en a pas le monopole. Si l'on veut faire des statistiques macabres, compte tenu de la taille du continent, le nombre de massacres n'y est pas tellement supérieur à la moyenne mondiale. Ce qui est supérieur à la moyenne mondiale, c'est l'image qui est donnée de l'Afrique. Elle n'est vue que comme le lieu de la corruption, des guerres civiles, des génocides, des coups d'État militaires. Les rapports de la Banque mondiale épinglent toujours la corruption des chefs d'État africains. Mais la corruption, c'est la chose au monde la mieux partagée. On voit l'Afrique à travers une grille de lecture fortement ethnocentrique. D'ailleurs, si, au lieu de lire les économistes, on lit les anthropologues, on a une vision totalement différente.

« La famille,c'est en moyenne trois cent personnes »

Existe-t-il un " système économique " africain ?

Il y a une société africaine, dans laquelle il y a ce que nous, nous considérons comme de l'économie. Et, bien évidemment, elle est atypique, puisque la production de biens et de services est totalement insérée dans la vie sociale. Les gens ne font pas la séparation entre ce qui serait social et ce qui serait économique. Dans les banlieues africaines, où les activités salariées sont quasiment inexistantes, les gens se livrent à toutes sortes de trafics, d'échanges, de cadeaux, de contre-dons. On trouve des individus qui ont une façade officielle, qui s'intitulent par exemple menuisier-parce qu'ils ont eu une formation plus ou moins professionnelle en la matière mais qui feront tout autre chose que de la menuiserie. D'où certains malentendus lorsque des experts bien intentionnés viennent leur dire que, pour développer leur production, améliorer leur chiffre d'affaires, ils doivent rationaliser leur activité... Évidemment, ça ne marche pas, puisqu'en fait ces menuisiers n'en sont pas vraiment. Et c'est un peu la même chose pour tout.

Notre logique économique est donc à côté de la plaque?

Complètement. On a implanté en Afrique des entreprises modernes : la plupart ont fait faillite, faute de clients. Comme Bata, à Dakar, par exemple. Ça ne veut pas dire que les Sénégalais ne portent pas de chaussures, mais il y a des centaines de petits artisans qui, avec des pneus de récupération, font des chaussures faut à fait fonctionnelles à des prix défiant toute concurrence. De la même façon, les transports publics, quand ils fonctionnaient, fonctionnaient à perte. Alors, bien évidemment, la Banque mondiale a dit : "ce n'est pas rentable, il faut les privatiser". Et comme ça n'intéresse personne d'acheter une ligne de bus, il n'y a plus de transports publics. Mais il y a des camions bringuebalants, peinturlurés, dans lesquels, pour quelques centimes, on peut faire 10 ou 15 km. La logique économique occidentale a échoué, mais les besoins fondamentaux de la population sont assurés par l'économie de la débrouille. Et cette économie peut fonctionner là où la nôtre ne fonctionne pas, précisément parce qu'elle repose sur des réseaux sociaux Ça se passe en quelque sorte en famille, dans une société où la famille, c'est en moyenne trois cents personnes.

Mais les Africains n'ont-ils pas envie d'avoir des grosses bagnoles, des magnétoscopes, des portables ?

Bien sûr que si, ils en ont envie. On est malgré tout dans le village mondial, avec des images qui circulent, la publicité, et les désirs qui vont avec. Et même si l'Afrique ne peut plus matériellement représenter un marché important pour le reste du monde, il n'empêche que les multinationales ne dédaignent pas ce marché, si minime soit-il. C'est ainsi que depuis quelques années, alors qu'on a pris des mesures draconiennes, en particulier aux États-Unis, contre les trusts de fabricants de cigarettes, ces mêmes trusts ont multilié par 10 leurs ventes en Afrique . Et évidemment, aucune loi pour défendre le consommateur. Les sollicitations pour les produits pour lesquels on peut encore trouver un marché - cigarettes, alcool et, pour une petite clientèle, les voitures, les télés - sont énormes. Mais les gens qui n'en ont pas n'en souffrent pas. En tout cas, ils en souffrent beaucoup moins, me semble-t-il, que dans d'autres régions du monde.

" L'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature"

Dans nos banlieues, par exemple ?

Oui. Ou dans les banlieues des villes latino-américaines, où la solitude est beaucoup plus forte, où la perte du sens de la collectivité est plus grande et où, par conséquent, la nécessité de produits de consommation se fait bien plus sentir. En Afrique, on n'est jamais seul. Chaque fois que je vais dans une maison africaine, je vois toujours vingt ou trente personnes agglutinées devant un poste de télé. Et même si chaque Africain avait son téléviseur, ce qui est peu pensable, ils continueraient à se mettre à vingt ou trente autour. Parce que, regarder la télé, ce n'est pas le rapport d'un individu face à une image, c'est un cérémonial collectif. De la même façon, si chaque Africain avait son automobile, on s'entasserait quand même à sept ou huit dedans.

Est-ce qu'on peut dire quand même que l'Afrique est occidentalisée ?

Oui, largement, tout en restant très africaine. Aujourd'hui, l'occidentalisation s'appelle mondialisation. Au siècle dernier, on ouvrait le marché avec des canonnières, aujourd'hui, plus besoin de canons, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale se chargent d'ouvrir au forceps les économies réticentes. En fait, l'occidentalisation de l'Afrique, ça veut dire d'abord la plonger dans la guerre économique mondiale. Et elle n'est pas armée pour se défendre. Une des récentes décisions de l'Union européenne, comme vous le savez, a été de décréter que le chocolat est un produit dans lequel il n'y a pas de graisse de cacao. Ce qui a pour effet de plonger l'économie de la Côte d'Ivoire, ou du Ghana, dans une situation encore plus dramatique. La conséquence, c'est que certains planteurs ont décidé d'arracher leur cacao et de planter du haschich. Il y a un bel avenir pour l'Afrique dans l'économie mondiale, mais dans l'économie occulte et criminelle. D'ailleurs, certains pays, comme la Somalie, se sont déjà lancés dans cette voie, avec l'industrie de l'enlèvement, la réception de produits à haute toxicité, la drogue, etc.

Imaginons que notre système économique s'effondre. Le " modèle " africain peut-il apporter une solution ?

Oui. D'abord aux Africains, puisqu'il a fait ses preuves sur place. Il a démontré que l'Afrique était capable de survivre, même en étant économiquement détruite et inexistante. Cette expérience peut servir à d'autres sociétés qui seraient dans une situation dramatique comparable. Les sociétés africaines, malgré toutes les destructions qu'elles subissent, ont toujours tendance à se reconstituer sur le primat du social, en partant du principe quel'homme n'est pas un individu isolé face à l'avarice de la nature, à laquelle il doit arracher ses marchandises, mais que la production de nourriture, de biens, est d'abord un problème collectif. Et non le problème d'un Robinson Crusoé abandonné tout seul sur une île,comme le prêche le capitalisme. Ça ne veut pas dire que si, demain, notre système s'effondre, nous soyons capables d'appliquer la solution africaine. Car, pour le coup c'est nous qui sommes beaucoup moins armés: il nous faudrait réinventer, retrouver le lien social et, au sein de ce lien social, produire les biens et les services dont nous aurions besoin. Peut-être serions-nous obligés de faire appel à des experts africains. Ça changerait...

"Il y a une leçon à tirer de l'Afrique"

En gros, c'est : le jour où les Africains viendront nous civiliser...

En quelque sorte. J'imagine tout à fait des éleveurs massaï venant nous expliquer que la beauté des bêtes, c'est beaucoup plus important que d'en faire des usines à lait. L'Afrique, dans la logique de la globalisation, aurait dû être rayée de la carte. Malgré tout, elle survit. A partir de là, il y a une leçon à tirer. Cela ne veut pas dire que c'est un modèle de vie ou de société, il n'y a pas que des choses formidables dans la culture africaine, et la soif de pouvoir existe chez tous les humains. Simplement, dans une situation de crise, il y a peut-être, de la part de ceux que nous avons situés au plus bas dans l'échelle du mépris, quelque chose à entendre.

Propos recueillis par Gérard Biard


1- L'Autre Afrique, entre don et marché (Albin Michel).


Mer du Sud Voyage Sandalette Sandales habillées femme gris gris 38 EU PhcwtD

SKU-102856-ziy29816
Mer du Sud Voyage Sandalette, Sandales habillées femme - gris - gris, 38 EU
Mer du Sud Voyage Sandalette, Sandales habillées femme - gris - gris, 38 EU
Ma commune
Elizabeth Stuart Chaussures escarpins Escarpins cuir velours sable Elizabeth Stuart soldes 84ZgAx
Economie
OMEamp;QIUMEI En Été Avec Plage De Sable Grossier Avec Les Chaussures Sandales Filles DewEauChaussons Filles Vêtu De Noir 36 xPkoIW
Informations utiles

Site réalisé en collaboration avec sous licence Sioux Ballerines AMxT1QB
- © 2018

Mer du Sud Voyage Sandalette Sandales habillées femme gris gris 38 EU PhcwtD

SKU-102856-ziy29816
Mer du Sud Voyage Sandalette, Sandales habillées femme - gris - gris, 38 EU
Mer du Sud Voyage Sandalette, Sandales habillées femme - gris - gris, 38 EU
Livraison gratuite à partir de 49€. La livraison n'est possible que vers la France métropolitaine.
Fermer
We’ve updated our Privacy Policy to give you more control over your information and support new European data protection laws. You can review the changes .

Espace d'Incertitude

by

Unable to save changes to your wishlist.
supported by
Nicolas Guichard SoftSync
Nicolas Guichard SoftSync un vrai bonheur a écouter sans modération
Timothy Taylor
stephane fontanon
DJ Demangone
Streaming + Download
Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
Purchasable with gift card

€7 EUR or more

Record/Vinyl + Digital Album
HEAL : Espace d’incertitude En explorateur opiniatre du son, il était sans doute inéluctable que Laurent Perrier croise un jour sur sa route le monde du synthétiseur modulaire et que, à la précision au scalpel du laptop qui a présidé à nombre de ses réalisations antérieures sous diverses identités (Heal, mais aussi Zonk’t, Pylone et sous son propre nom), il préfère aujourd’hui l’imprédictabilité des modulaires. Pour autant, Espace d’incertitude, le nouvel album de Heal n’est en rien improvisé et a au contraire été composé dans sa grande majorité pour accompagner des créations chorégraphiques. Dédié à deux versants “historiques” de la synthèse modulaire, Espace d’incertitude offre ainsi deux univers sonores à travers deux faces ... distinctes.La face Buchla, composée à partir du mythique synthétiseur du même nom, tire ainsi parti de son dépouillement pour offrir cinq titres répétitifs et mouvants, qui semble littéralement naitre en temps réel, évoluer selon les règles propres d’un langage aussi mystérieux qu’accessible. A l’inverse, la face Mutable est construite à partir des modules de cette marque française, leader d’une approche renouvelée de la synthèse modulaire, et adepte des sonorités inventives. Il en résulte des morceaux plus ambient, peut être plus typiques de l’oeuvre passée de Laurent Perrier, qui s’agrègent peu à peu en constructions fragiles et jouent un jeu de miroirs truqués avec nos perceptions. . Heal n’a certes pas attendu de passer aux synthétiseurs modulaires pour défier nos attentes et nous plonger dans une délicieuse incertitude. Presque tous les albums enregistrés par Laurent Perrier sous cette identité où une autre sont des surprises bienvenues qui refusent systématiquement la répétition et le conformisme. Avec Espace d’incertitude il nous offre de nouveaux univers organiques et sensitifs à arpenter et apprivoiser… en attendant de futures surprises. JF MicardLabel : Sound On Probation LP SOP 017Distribution : Chez Emile Sandales Keen Uneek ntFzTvnB
Includes unlimited streaming of via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
... more
more
ships out within 2 days
HEAL “Espace d’incertitude” LP SOP 017 Being a relentless sound explorer, Laurent Perrier had no other choice to cross paths one day with the world of modular synthesis and to prefer, over the scalpel precision of the laptop that presides over many of his earlier productions under several identities (as Heal, but also as Zonk’t, Pylône, Cape Fear and under his own name), the unpredictability of modular systems. That being said, Espace d’Incertitude, the new Heal album isn’t improvised at all but was on the contrary mostly composed as soundtracks for choreographic creations. Dedicated to two “historic” visions of the modular synthesis, Espace d’Incertitude offers two different sonic universes across its two sides. The Buchla side, written with this mythical synthesizer takes advantage of its bareness to offer five repetitive and shifting tracks that seems literally born in real time, evolve according to the rules of a language as mysterious as it is accessible. Conversely, the Mutable side is built from the modules of this French brand, leader of a renewed approach of modular synthesis, and adept of inventive sounds. The result is more ambient tracks, perhaps more typical of the past work of Laurent Perrier, which gradually ... merge into fragile constructions and play a game of faked mirrors with our perceptions. Heal certainly did not wait to switch to modular synthesizers to challenge our expectations and plunge us into a delightful uncertainty. Almost all albums recorded by Laurent Perrier under this identity or another are welcome surprises that systematically refuse repetition and conformism. With Espace d’Incertitude, he offers us new organic and sensory worlds to explore and tame … while waiting for future surprises. Label : Sound On Probation LP SOP 017 Distribution : Chez Emile chezemile-distribution.com more
released February 15, 2018 Played, composed and produced by Laurent Perrier at Odd Sound. Artwork : Emmanuel Guillot Mastering : Rémy Pelleschi press releases : Jean-François Micard distribution : chez emile chezemile-distribution.com
all rights reserved

Tags

electronic ambient electronic Paris

Shopping cart

Check out

about

HEAL Paris, France

Espace d'Incertitude
Feb 2018

Contact HEAL

Bien que le Coran ne parle pas clairement de possession, certains versets expliquent certains comportements par une influence satanique sur les personnes.

Les partisans de la doctrine spirite considèrent comme possible l'influence d'un mort sur un être humain . La doctrine spirite admet l'idée de possession et la définit comme telle: "Dans la possession, au lieu d'agir extérieurement, l'Esprit étranger se substitue à l'Esprit incarné; il fait élection de domicile dans son corps, sans cependant que celui-ci le quitte définitivement, ce qui ne peut avoir lieu qu'à la mort. La possession est donc toujours temporaire et intermittente, car un Esprit désincarné ne peut prendre définitivement le lieu et place d'un Esprit incarné, attendu que l'union moléculaire du périsprit (enveloppe de semi-matière servant de jonction entre le corps et l'Esprit) et du corps ne peut s'opérer qu'au moment de la conception.

L'Esprit en possession momentanée du corps, s'en sert comme du sien propre; il parle par sa bouche, voit par ses yeux, agit avec ses bras, comme il l'eût fait de son vivant. Ce n'est plus comme dans la médiumnité parlante; où l'Esprit incarné parle en transmettant la pensée d'un Esprit désincarné; c'est ce dernier lui-même qui parle et qui agit, et si on l'a connu de son vivant, on le reconnait à son langage, à sa voix, à ses gestes et jusqu'à l'expression de sa physionomie.

La possession peut-être le fait d'un bon Esprit qui veut parler et, pour faire plus d'impression sur ses auditeurs, emprunte le corps d'un incarné, que celui-ci lui prête volontairement, comme on prête son habit. Cela se fait sans aucun trouble ni malaise, et, pendant ce temps, l'Esprit se trouve en liberté comme dans l'état d'émancipation, et le plus souvent, il se tient à côté de son remplaçant pour l'écouter.

Quand l'Esprit possesseur est mauvais, les choses se passent autrement: il n'emprunte pas le corps, il s'en empare si le titulaire n'est pas de force morale à lui résister. Il le fait par méchanceté envers celui-ci, qu'il torture et martyrise de toutes les manières, jusqu'à vouloir le faire périr, soit par la strangulation, soit en le poussant dans le feu ou autres endroits dangereux. Se servant des membres et des organes du malheureux patient, il blasphème, il injurie et maltraite ceux qui l'entourent; il se livre à ces excentricités et à des actes qui ont tous les caractères de la folie furieuse.

Les faits de ce genre, à différents degrés d'intensité, sont très nombreux, et beaucoup de cas de folie n'ont pas d'autre cause. Souvent, il s'y joint des désordres pathologiques qui ne sont que consécutifs, et contre lesquels les traitements médicaux sont impuissants, tant que subsiste la cause première. Le Spiritisme, en faisant connaître cette source d'une partie des misères humaines, indique le moyen d'y remédier: ce moyen est d'agir sur l'auteur du mal, qui, étant un être intelligent, doit être traité par l’intelligence.

L'adolescence n'est pas seulement un changement dans la maturation sexuelle. De nombreux autres changements prennent place, suite aux changements hormonaux: physiologiques, psychologiques, sociaux [ 13 ] . Ces aspects sont également pris en considération dans les définitions de l'adolescence et dans les débats sur l'âge correspondant à l'adolescence. Sur un plan social, la dépendance financière envers les parents s'est prolongée dans la seconde moitié du XX e siècle. De même, le mariage et la parentalité, autrefois marqueurs de l'entrée dans la vie adulte ont été également repoussés de plusieurs années à la fin du XX e siècle et la cohabitation, y compris homosexuelle, est devenue de mieux en mieux acceptée socialement. La fin de l'adolescence est donc plus difficile à définir et fait l'objet de débats [ 4 ] .

Ainsi les vis-à -vis des enfants ont pour objectif de les protéger (par exemple, interdire la consommation d'alcool avant un certain âge) et d'accorder des privilèges à partir d'un certain âge (comme le droit de voter ). Dans de nombreux pays, la majorité , l'âge auquel sont autorisées certaines activités considérées comme le privilège des adultes, peuvent alors différer en fonction des activités en question, à savoir, si ces activités protègent l'enfant contre des dangers ou lui accordent de nouveaux privilèges pour lui permettre de gagner en indépendance. Au Japon, par exemple, l'âge de vote a été réduit passant de 20 ans à 18 ans en 2016, cependant l'âge légal autorisé pour acheter de l'alcool est resté inchangé (20 ans) [ 4 ] .

Selon d'autres définitions, l'adolescence s'étendrait de 10 à 24 ans [ 14 ] , [ 15 ] , [ 16 ] . Elles s'appuient sur des arguments sociaux et médicaux, dont le fait que les connaissances médicales ont mis en évidence que le corps continue de maturer jusqu'à l'âge d'environ 25 ans et en particulier les zones préfrontales du cerveau impliquées dans le contrôle des émotions et la planification des comportements [ 17 ] , [ 18 ] . Ce changement permettrait aux jeunes adultes de 18-24 ans, souvent encore dépendants à cet âge, de bénéficier de meilleures conditions de protections médicales et sociales [ 4 ] .

En 2016, la population mondiale des adolescents (10 à 24 ans inclus) est évaluée à 1,8 milliard, la plus large population adolescente que le monde ait jamais connu [ 19 ] . En 2015, utilisant des critères d'âge différents (10 à 19 ans), l'Organisation Mondiale de la Santé évalue le nombre d'adolescents à 1,2 milliard, soit une personne sur six [ 20 ] .

Par ailleurs, la possibilité de retrouver instantanément des informations sur toute sorte de questions et à tout moment modifie notre rapport à la mémoire. Les arts de la mémoire , qui jouaient un rôle majeur avant l'invention de l'imprimerie [ 191 ] , se sont érodés davantage au profit des connaissances procédurales. Google et Wikipédia sont devenus des substituts de la mémoire.

La décision de réaliser une encyclopédie est un projet de longue haleine qui exige que son auteur se consacre à la synthèse de connaissances établies plutôt qu’à en créer de nouvelles. Pour Denis Diderot , une telle entreprise doit être motivée par le désir d’élever dans le public le niveau de savoir. Il voit les encyclopédistes comme étant «liés seulement par l'intérêt général du genre humain» et l’ Encyclopédie comme «un livre [pour] guider ceux qui se sentiraient le courage de travailler à l’instruction des autres [ 141 ] » .

On retrouve la même motivation essentiellement altruiste chez Chrome Mary Jane Footwear Woman Decollete Varnish Black 21f5 rvD2odKA8
, dont l’ambition était de faire un livre «où l'on trouvera, chacune à son ordre alphabétique, toutes les connaissances qui enrichissent aujourd'hui l'esprit humain» , et qui s'adressera non pas à une élite, mais à tous, de façon à «instruire tout le monde sur toutes choses [ 192 ] » . La devise de sa collection est «Je sème à tout vent» .

La même dynamique est évidemment aussi au cœur du projet collaboratif de Wikipédia et de Wikisource, qui suscite l'admiration d'un observateur attentif: «Également saisi de la tâche de ces copistes anonymes. Qui n'attendent rien. Qui ne sont pas encyclopédistes mais wikipédiens. Qui n'augmentent pas ès qualités la somme des connaissances disponibles. Qui ne cessent pourtant de l'augmenter, de la stratifier, de l'hyperlier, de la dé-livrer. Nul ne leur a donné mandat. Ils se sont auto-saisis de ce qui n'était hier même pas un besoin et qui devient aujourd'hui, par leur ouvrage, une évidence [ 193 ]

Tous ces projets sont fondamentalement «des utopies, au sens positif du terme. [...] Elles visent un idéal: rassembler le plus grand nombre possible de savoirs, les mettre en relation, les transmettre, les partager, les soumettre à la discussion [ 194 ]

L'écrivain H.G. Wells .

Selon BBSLT Super Talon Haut 15Cm Rome Évidée Petite Bouche Cuirs Chaussures Des Chaussures De Femme Trente Neuf Black vFInVtQFA
, le mouvement encyclopédique est passé du «temps des certitudes divines» représenté par le Speculum maius au «temps des certitudes laïques» avec l’ Encyclopédie de Diderot; aujourd'hui, nous serions au temps de «l'encyclopédie qui sait ne pas tout savoir [ 195 ] » . Toutefois, si le projet encyclopédique ne peut plus envisager de fournir une synthèse des savoirs en même temps qu'une réponse au sens de la vie, il a pris une autre dimension avec la montée rapide d'une conscience mondiale. Selon ce même auteur «Une encyclopédie, c'est, ce doit être, le manifeste d'une civilisation [ 195 ]

Ma commune
Loisirs
Economie
Je suis
Informations utiles

Site réalisé en collaboration avec sous licence libre - © 2018